Le blog le Futur au Présent

  • Raphaël Richard
  • 18 Oct
  • 41

 

Digitalisation, Usine 4.0 et monde d'après  

Alors que nous passons de l'angoisse à la réflexion sur les perturbations que nous avons observées dans le monde de la fabrication et de la chaîne d'approvisionnement grâce au nouveau coronavirus COVID-19, de nombreuses questions sont posées dans les salles de conseil d'administration, les appels de fonds, les médias et le gouvernement. La réponse à toutes ces questions est la transformation numérique.

Dois-je avoir une chaîne d'approvisionnement plus souple ? Oui, grâce à la transformation numérique. Pouvons-nous rendre la fabrication plus compétitive dans des environnements à coûts plus élevés ? Oui, grâce à la transformation numérique. Comment les chaînes d'approvisionnement peuvent-elles pivoter rapidement tout en restant robustes et résistantes à la prochaine perturbation ? Grâce à la transformation numérique. Puis-je déplacer ma chaîne d'approvisionnement vers une nouvelle zone géographique sans coûts ou risques énormes ? Oui, grâce à la transformation numérique. La liste est longue...

La COVID-19 a montré au monde quelque chose que l'industrie manufacturière devrait déjà savoir. Les chaînes d'approvisionnement et les écosystèmes de fabrication traditionnels sont en train de s'effondrer et nous devons passer à une solution plus adaptable, plus souple et entièrement numérique. Le virus, comme toute crise, n'a fait que souligner cette nécessité et cette urgence, et il servira probablement à accélérer ce changement. Cela doit se traduire par de véritables plans d'action, plutôt que par un débat.

Selon Anna-Katrina Shedletsky, "grâce à la COVID-19, l'industrie manufacturière connaîtra cinq années d'innovation au cours des 18 prochains mois". Anna-Katrina, comme beaucoup d'autres, considère la COVID-19 comme le signal d'alarme dont a besoin le secteur manufacturier pour cesser de parler d'Industry 4.0, d'IIoT ou d'usine intelligente et commencer à marcher. La transformation numérique a toujours eu un sens, mais son adoption a été ralentie par le fait que les gens sont confrontés à certains concepts écrasants de l'industrie 4.0, à l'ampleur de la tâche et qu'ils ont du mal à comprendre d'où vient la valeur et où ils peuvent trouver le "dividende numérique". Aujourd'hui, les besoins sont impérieux et urgents et ceux qui ne parviennent pas à se transformer seront probablement laissés pour compte et risquent de devenir non pertinents et non compétitifs.

Étant donné la nécessité absolue d'une transformation numérique à un rythme accéléré, que peuvent faire les entreprises pour agir maintenant et rapidement ?

Les cinq premières clés de la transformation numérique

  1. Créer un fil numérique dès le début du processus d'innovation et le maintenir jusqu'à la fin de la vie du produit
  2. Trouvez des partenaires de fabrication qui sont natifs du numérique et qui vous permettront d'avoir le choix, l'agilité et la résilience dont vous avez besoin
  3. Assurez-vous d'avoir les bons outils numériques pour gérer votre chaîne d'approvisionnement, il est temps de jeter ces feuilles de calcul
  4. Insistez sur le fait que votre propre écosystème de fabrication ou celui de tout fournisseur a mis en place une stratégie de transformation numérique
  5. Adopter le jumeau numérique, l'automatisation, la robotique, la fabrication additive et l'intelligence artificielle comme éléments de base de la technologie

Tous ces éléments sont nécessaires à la création d'un écosystème qui soit numérisé, qui ait la visibilité nécessaire pour modéliser une perturbation en temps réel, l'agilité nécessaire pour réagir à cette perturbation et la résilience nécessaire pour faire face à tout ce que le monde doit lui opposer.

Il est important de noter que ces solutions de fabrication numérique favorisent le choix. Le choix de fabriquer à proximité du consommateur ou dans un environnement à moindre coût. Le choix de faire fabriquer les produits à l'étranger ou de laisser le marché décider du choix des fournisseurs. Le choix provient de données en temps réel et de processus intelligents.

La transformation numérique doit se faire à l'intérieur de l'usine et dans tout l'écosystème de fabrication !

À l'intérieur des murs de l'usine

La tendance Industry 4.0, également appelée Industrial IoT ou Smart Factory, a débuté dans les usines et a été saluée comme le sauveur de l'industrie manufacturière, en particulier dans les pays où le coût de la main-d'œuvre est élevé. Elle parlait de "lots de taille unique" où chaque assemblage trouverait son chemin à travers l'usine et où chaque processus serait dynamique, transparent et entièrement automatisé. On nous a raconté l'histoire de l'usine "lights out" qui fonctionnerait 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour la fabrication et l'expédition des produits. Chaque machine serait un îlot d'intelligence qui, grâce à la connexion avec d'autres machines, pourrait créer une chaîne de production auto-réparatrice et auto-optimisante. Et bien que nous ayons de bons exemples de solutions d'usines intelligentes, nous n'avons pas vu grand chose de ce qui avait été promis.

La vérité est que tout le discours sur les produits "made in utopia" a créé une inertie, et non un élan. L'ampleur et l'échelle de cette transformation potentielle n'a fait que semer la confusion et la paralysie. De plus, les éléments techniques de base n'étaient pas prêts. Il y a cinq ans, la connectivité de machine à machine (M2M) n'était pas la norme et les normes de connectivité étaient limitées. L'IA était limitée dans la manière dont elle pouvait être appliquée pour gérer l'énorme quantité de données qu'une machine pouvait produire. Et les robots étaient de grosses machines encombrantes qui ne valaient la peine d'être installées et programmées que pour de très longues durées.

Aujourd'hui, ces éléments de base numériques sont prêts, la connectivité M2M est évolutive, plus rapide et plus simple, et même les équipements anciens peuvent être connectés, des solutions robotiques adaptables et collaboratives sont facilement disponibles, et l'IA a progressé au point d'être à la fois puissante et accessible. Ceux qui adoptent une approche pragmatique déploient des plans de transformation numérique dans l'usine qui commencent par de simples projets d'automatisation offrant un réel retour sur investissement (ROI) avant de passer à l'étape suivante. D'autres commencent par mettre en réseau les équipements existants pour gagner rapidement et facilement en visibilité, en accessibilité et en efficacité. Il s'agit certainement d'une solution à moindre friction que le remplacement de machines anciennes coûteuses.

Au-delà de l'usine

Au départ, toutes les discussions autour d'Industry 4.0 étaient axées sur l'usine et les processus de fabrication. Plus récemment, on s'est rendu compte que les processus commerciaux, en particulier ceux associés aux chaînes d'approvisionnement, ont besoin d'être transformés.

Pendant trop longtemps, la gestion de la chaîne d'approvisionnement et le processus d'approvisionnement ont reposé sur l'envoi de nombreuses demandes de devis (RFQ), sur des feuilles de calcul pour gérer ces réponses, sur des voyages d'affaires à longue distance pour auditer les fournisseurs, sur des conférences téléphoniques tardives et sur la gestion des programmes et de la qualité à longue distance. COVID-19 a mis en lumière ces techniques dépassées de gestion de la chaîne d'approvisionnement et les a trouvées insuffisantes. Il a été démontré qu'elles manquaient de visibilité, d'adaptabilité ou d'agilité et, malheureusement, de la résilience nécessaire pour faire face à des perturbations, même mineures.

Et ce n'est pas comme s'il n'y avait pas d'alternative, de nouveaux outils existent depuis un certain temps. Des logiciels de gestion de la chaîne d'approvisionnement ont été développés pour aider à gérer les achats, la chaîne d'approvisionnement, les stocks, le tout de manière plus dynamique et en temps réel. Des plates-formes, comme celles fournies par Fictiv et MacroFab, permettent aux acheteurs de télécharger des données de conception, d'obtenir des prix instantanés, d'effectuer la DfM (conception pour la fabrication) à la volée, puis de sélectionner la bonne option de fabrication pour chaque projet.

Ces plates-formes sont des écosystèmes de fabrication numérique qui mettent en relation les acheteurs et les ingénieurs avec un vaste réseau de partenaires de fabrication gérés et contrôlés. Elles sont responsables de la liaison directe avec le fournisseur, de la réalisation d'audits, du contrôle de la qualité et de la gestion de l'expédition et de la livraison des pièces et des produits.

Les processus transformés numériquement relient des usines transformées numériquement grâce à des modèles commerciaux transformés numériquement. Ils apportent de la valeur, de la rapidité et de l'efficacité aux entreprises avisées qui les utilisent et ils offrent un nouveau niveau d'agilité et de résilience grâce au numérique.

Une fois tout ceci exposé en théorie sur le papier, le lecteur est en droit de se poser la question suivante: est-il réaliste de mettre cela en place dans mon entreprise ? Est-elle prête pour cela ? Les technologies d'IA sous-jacentes sont-elles réellement mûres ? Vont-elles demandés un grand effort d'intégration ? Quels sont les risques de débordement de budget ? Toutes ces questions sont légitimes, mais ayez en tête que l'effort est à la portée de PME y compris des PME que l'on attendait pas dans la tech: ainsi un simple expert comptable de Paris s'est transformé en expert-comptable en ligne beaucoup plus productif en intégrant différentes briques parmi lesquels du machine learning qui est la brique qui lui manquait pour passer à un niveau supérieur d'automatisation des traitements comptables. Donc, si un expert comptable peut fournir l'effort, il est probable que vous le pouvez aussi.

Tags :
Web Intelligence artificielle RPA Formation

Samyia MalliM

Cet article redonne des perspectives sur l'avenir

(3) Comments

Guillaume tourteras2 mONTHS agoReply

Et plus que des perspectives: de l'espoir et une route balisée

Samyia MALLIM2 mONTHS agoReply

Absolument d'accord

Votre réponse ?

Soumettre un commentaire